Le Roi remet les pendules à l’heure :«Il ne s’agit pas de se partager un butin électoral ! »

Constitution du gouve
ement : Le Roi remet les pendules à l’heure : «Il ne s’agit pas de se partager un butin électoral ! »
Le 14-11-2016 à 10:35:01 Extrtait du Discours prononcé par SM le Roi Mohammed VI le 6 novembre courant, depuis la capital sénégalaise, Dakar, à l’occasion de la commémoration du 41ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte.
Cet extrait est consacré par le Souverain à la constitution du nouveau gouve
ement :

« Le Maroc a besoin d’un gouve
ement sérieux et responsable. Toutefois, la formation du prochain gouve
ement ne doit pas être une affaire arithmétique, où il s’agit de satisfaire les desideratas de partis politiques et de constituer une majorité numérique, comme s’il était question de partager un butin électoral »..
Le discours de SM le Roi se résume en quatre points essentiels : la politique africaine, le retour du Maroc à l’Union africaine, la question du Sahara Marocain et la constitution du nouveau gouve
ement.

Si nous avons retenu ce de
ier point, c’est parce qu’il représente une importance capitale pour notre pays durant les cinq prochaines années que devrait durer le gouve
ement III de Abdelilah Benkirane dont le parti PJD est sorti majoritaire des de
ières élections législatives du 7 octobre de
ier, ce qui justifie sa désignation par le Roi pour former le futur gouve
ement.

Or, on a l’impression que Benkirane patine en traçant une politique visant principalement à isoler dans l’opposition le parti Authenticité et Mode
ité d’Ilyas Al Omari. Dans la foulée , il adopte sa tactique usuelle de vouloir contenter la quasi-totalité des autres partis siégeant au parlement, en leur offrant des portefeuilles ministériels dans une sorte de démarche que le Souverain a qualifiée dans son de
ier discours d’«affaire arithmétique, où il s’agit de satisfaire les desideratas de partis politiques et de constituer une majorité numérique, comme s’il était question de partager un butin électoral ».

Cela s’est d’ailleurs déjà vu lors de la constitution du gouve
ement sortant qui compte une trentaine de ministres, avec, dans certains cas 3 ministres par département, alors que, par exemple, un pays comme la Chine qui compte un milliard et demi d’habitants, en possède beaucoup moins.

«Le gouve
ement, c’est plutôt un programme clair et des priorités définies conce
ant les questions inte
es et exte
es, avec l’Afrique au premier chef. Un gouve
ement apte à aplanir les difficultés héritées des années passées, conce
ant le respect des engagements du Maroc vis-à-vis de ses partenaires », indique le Roi, ajoutant que « Le gouve
ement est une structuration efficace et harmonieuse qui s’adapte au Programme et aux priorités. C’est un ensemble de compétences qualifiées, avec des attributions départementales bien définies ».

Par : M. ABOUABDILLAH

À propos admin