News «La Ville de demain : ville techno ou écolo»
(Catégorie Région & La ville)
Posté par Administrateur
الاثنين 20 مارس 2017 - 09:47:52

Le 20-03-2017 à 09:47:52
Le groupe de recherche en économie et territoire relevant de la faculté des Sciences juridiques, économiques et sociales de Tanger (FSJEST), a organisé, les 15 et 16 mars courant à l’hôtel Cesar à Tanger, un important colloque international sous le thème de « La Ville de demain: ville techno ou écolo »..

Organisé donc à l'initiative du Groupe de recherche en économie et territoire de la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de Tanger, cet événement scientifique de deux jours connaît la participation de nombreuses universités nationales et étrangères. Le colloque ambitionnait de réunir des acteurs de la ville de divers horizons pour réfléchir autour de la construction de la ville de demain, qui sera une ville durable, et trouver des solutions durables aux problèmes sociaux, environnementaux, de logistique et de transport, de sécurité, de gouvernance, de formation et de communication.

Le développement des villes est, en effet, une problématique pressante au vu du développement galopant de la population urbaine. Et le Maroc n’échappe pas à la règle, sachant sue la ville marocaine connaît une pression démographique qui en fait un espace où surgissent des problèmes et auxquels il faut en permanence trouver des solutions. Le royaume, depuis quelques années, s’est engagé dans une politique de changement majeur des grandes métropoles.

A l’instar de Tanger, ces villes sont des territoires fertiles pour les nouvelles technologies, l’innovation sociale, la créativité, les sciences, etc. Mais elles constituent aussi des espaces où se concentrent de gros problèmes sociaux (emploi, pauvreté, marginalisation...), environnementaux (pollution, réchauffement climatique, eau,...), de logistique et transport, de sécurité, de gouvernance, de formation et de communication.


Il s’agit, selon les organisateurs du colloque, de comprendre ces défis actuels et leur évolution dans le futur. Il s’agit aussi de participer à l’effort de réflexion et d’apporter un grain de sable à la réflexion dans ce sens
Les participants au colloque ont estimé que les citadins vivent aujourd’hui dans un siècle de technologie et de communication, où les rapports humains vont certainement connaître des changements sous la pression démographique et dans son contexte globalisé, ce qui doit donner des réponses aux habitants, en matière de services sociaux et de qualité de vie devant correspondre à leurs aspirations.

Lors de la séance d’ouverture des travaux présidée, mercredi, par la ministre chargée de l’Environnement, Hakima El Haité, en présence du parlementaire Mohamed Najib Boulif ; du maire de Tanger, Mohamed Bachir Abdellaoui , de la première adjointe du président du Conseil régional Tanger-Tétouan-Al Hoceima ; de la cheffe du service de l’Environnement à la wilaya de Tanger, du doyen de la FSJEST, Mohamed Yahia, d’experts et de responsables institutionnels venus du Maroc, d’Italie, d’Espagne, de France et d’Algérie ; de chercheurs, du corps enseignant universitaire et d’étudiants, la ministre a prononcé une importante allocution, estimant que « La ville de demain doit harmoniser entre les différents aspects de la technologie et de l’écologie, relevant l’importance de la thématique de cette manifestation scientifique, et insistant sur les différents défis actuels et leur évolution dans le futur pour la construction de la ville de demain, dans le cadre du respect de l’environnement.

Mme El Haité a, dans ce sens, insisté sur la nécessité de promouvoir la recherche scientifique et les nouvelles technologies en vue de la construction de la ville de demain, et de trouver des solutions durables aux problèmes de l'environnement, de la logistique et du transport.

A cet égard, la ministre a souligné l’urgence d’œuvrer dans le cadre de la construction de la ville de demain en faveur de la lutte contre la pollution atmosphérique due aux différents moyens de transport. Dans le même ordre d’idées, elle a souligné que la construction de la ville de demain doit prendre aussi en considération les défis des changements climatiques et les nombreuses contraintes auxquelles doit faire face cette ville.
Par ailleurs, Mme El Haite a mis l’accent sur les choix opérés au Maroc, sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, pour la refonte des grandes villes et des grandes métropoles dans le cadre de la promotion du développement durable et la protection de l’environnement.

Au programme de ce colloque figuraient ainsi l’organisation de plusieurs conférences et ateliers autour de plusieurs thèmes, en l'occurrence "l’entreprise, formation et entrepreneuriat", "identité urbaine et marketing territorial", "innovation sociale et gestion de l’immatériel", "tourisme et patrimoine", "environnement et cohésion sociale" .

Ainsi, la première conférence était axée sur la ville durable dénonçant le phénomène de l’émission de gaz à effet de serre, l’impact accru sur les ressources naturelles et plus que jamais la problématique du cadre de vie à préserver.

La seconde conférence était focalisée sur la gouvernance urbaine, mettant en évidence la spécificité des problèmes d’environnement difficilement gouvernables par le recours aux formes de l’action publique standard, et la désynchronisation des impacts vis-à-vis des pratiques sociales individuelles (consommer autrement, se déplacer autrement, etc.).

La première table ronde intitulée « formation et emploi » a traité des formations professionnelles sur des thématiques environnementales et de développement durable généralement destinées aux élus, agents territoriaux, enseignants, éducateurs et entreprises.

« Transports et logistique » était le thème de la deuxième table ronde qui a développé les bases conceptuelles de l’impact de ce secteur sur l’environnement, sachant que le transport génère près de 28% des émissions de CO2 en Europe dont 45 % sont imputables au transport de marchandises.

La table ronde suivante a traité du thème de « l’identité urbaine et marketing territorial », une approche exploratoire du marketing territorial et une exigence pour le développement et le rayonnement des collectivités mais, également une exigence forte des usagers et habitants des collectivités qui attendent plus de transparence et de décisions mieux adaptées en matière de communautarisme.


La quatrième table ronde qui était orientée sur «l’innovation sociale et gestion de l’immatériel » avait pour objectif de développer les moyens de favoriser le mieux-être des individus et des collectivités. Elle se caractérise tout autant par un processus de mise en œuvre impliquant une coopération entre une diversité d’acteurs que par les résultats obtenus, immatériels ou tangibles.

La cinquième table ronde s’est focalisée sur « le tourisme et le patrimoine », démontrant l’urgence de protéger les sites patrimoniaux, naturels et touristiques qui représentaient un symbole pour l’ensemble de l’humanité.

L’avant-dernière table ronde a traite du thème de « l’ environnement et la cohésion sociale », un axe de travail important, tant au niveau des politiques publiques que de la recherche, sachant qu’il s’agit de dépasser le cloisonnement des disciplines pour poser un cadre d’analyse systémique et transversal qui permet de développer des approches globales et intégrées.

Enfin, la dernière table ronde focalisée sur « l’entreprise et entreprenariat » a mis en évidence les nouvelles réglementations, la prise de conscience et tout ce qui incite l’entreprise à plus de vertu environnementale.

Le Journal De Tanger



Cet item a été imprimée depuis le site .:: Le Journal De Tanger News::.
( http://lejournaldetanger.com/news.php?extend.2182 )