News LES ULTRAS DU MAROC : LES FOUS DES STADES
(Catégorie Sport)
Posté par Administrateur
الأربعاء 15 مارس 2017 - 11:07:35

Le 15-03-2017 à 11:07:35
Depuis plusieurs mois, les Ultras du Maroc étaient absents dans les stades des différentes villes. Après la création d’une fédération des supporters, il a été décidé de boycotter le championnat de la Botola I professionnelle pour protester contre la politique de la FRMF et les mesures prises par le ministère de l’Intérieur . Cette bonne ambiance qui était créée dans les gradins et ces tifo qui étaient présentés et classés parmi les meilleurs du monde ,avaient disparu et les rencontres de football se disputaient comme à huis clos.

La mauvaise situation était dénoncée par les dirigeants, les footballeurs, les journalistes. La presse, de bonne foi, diffusait des articles, des reportages, des films expliquant que le sport nécessitait la présence d’un public nombreux. On suggérait, comme solution urgente, de faciliter les activités des Ultras et de multiplier le nombre des services de l’ordre pour le maintien de la sécurité. Chose dite, chose faite, tout semblait rentrer dans un accord pour le bien du football. La vingtième journée du championnat devait être choisie pour le retour des Ultras dans les stades. Tout le monde, en particulier les jeunes, s’attendait à revivre la fête footballistique dans l’encouragement et la motivation des clubs. Les tifos et les feux d’artifice dangereux étaient abandonnés avec la seule devise : « le football pour le football et le respect des visiteurs ».

Malheureusement, avec ce retour, tout se passa autrement avec la réapparition du hooliganisme. Les incidents commencèrent vendredi soir à Al-Hoceima après la défaite de l’équipe locale face au WAC 1-2.Il y avait une véritable guerre à la capitale rifaine. Des biens des citoyens endommagés, des voitures brulées, des vitres cassées, des jets de pierre et de bâtons, des blessés au rang des habitants et des policiers. Un bilan lourd avec de nombreuses arrestations. Les hoceimis et les casablancais étaient sur le banc d’accusation :personne ne savait qui était le responsable d’une lutte meurtrière avec des propos allant même au racisme. Guerre civile à cause du football, c’était la totale absurdité.

Le lendemain, un scénario identique avait pour cadre la ville calme de Sidi Kacem à la suite d’un match houleux USK-MAS un duel pour l’aspiration à la montée chez les grands. Kacémis et fassis s’étaient livrés la bataille de la honte en s’attaquant aux biens des citoyens et en blessant les hommes du service d’ordre .A Tanger, après le nul de l’IRT contre Khenifra, on déplorait des incidents aux alentours du Grand Stade :des vitres des voitures stationnées cassées. Que dire des Ultras ?Ils sont responsables de tous les dégâts matériels et blessures des innocents. On les considère comme les fous des stades bien que ceux de Tanger évitent toujours la violence et encouragent avec passion leur club fanion .

Incroyable mais vrai : les Ultras tangérois Hercules avaient une conduite exemplaire à Niamey au Niger pour soutenir l’IRT en coupe CAF. Avant le match, ils étaient dans les écoles pauvres pour la distribution des vêtements et du matériel scolaire aux élèves nigériens :un joli geste. Maintenant, la question qui se pose est la suivante :faut-ils les supprimer?..!

Ph : DR

Le Journal De Tanger



Cet item a été imprimée depuis le site .:: Le Journal De Tanger News ::.
( http://lejournaldetanger.com/news.php?extend.2169 )