News Al Hoceïma sous tension
(Catégorie Vie associative)
Posté par Administrateur
السبت 11 فبراير 2017 - 13:14:34

Le 11-02-2017 à 13:14:34
Les incidents qui ont éclaté récemment entre les services de l’ordre et des manifestants à Al Hoceïma, faisant des blessés de part et d’autre, cacheraient-ils un malaise profond ?
Les autorités ont ouvert une enquête pour tenter de décoder les attentes d’une jeunesse qui crie son mal-être...

En fait, que demandent au juste les protestataires? D’abord que justice soit faite dans le dossier du poissonnier Mouhcine. Tant que les sanctions ne sont pas prononcées à l’égard des fautifs, les manifestations dureront, estime-t-on.

Mais ces manifestations autour du décès de Mohcine, seraient- elle le seul prétexte ?
Car, on parle aussi d’emploi, de formation universitaire et professionnelle, de cherté de la vie, de santé, d’infrastructures de base, de routes rurales, de projets économiques et d’économie solidaire.

C’est dans cette atmosphère électrique que Charki Draiss, ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, a été dépêché lundi à Al Hoceïma pour apaiser la situation. Un cadrage nécessaire pour mettre tout un chacun devant ses responsabilités et désamorcer la crise.

Encore plus à déplorer, le fait qu’Al Hoceïma soit devenue un laboratoire de conflit entre le PAM et le PJD. Les deux partis se rejettent la responsabilité de la mise en œuvre du programme de développement spatial «Al Hoceïma, ville phare de la Méditerranée» pour lequel 6,5 milliards de DH ont été alloués pour réduire les disparités régionales. Un programme lancé en octobre 2015 sur initiative royale.

Pour Ilyas Al Omari (PAM), élu local et président de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, le conseil qu’il préside a honoré ses engagements dans le cadre du plan quinquennal (2015/2019) en programmant sa quote-part dans ses budgets de 2016 et 2017. Pour lui, ce sont les départements ministériels (présidés par Abdelilah Benkirane) qui n’ont pas encore lancé les travaux qui leur incombent.

De son côté, Nabil Andaloussi, parlementaire du PJD de la circonscription d’Al Hoceïma, rétorque en reprochant à El Omari «de ne pas user de toutes ses prérogatives, comme président de la région, pour interpeller les ministères responsables de ce retard». En parallèle à cet échange d’accusations, plusieurs acteurs associatifs émettent des réserves sur la continuité des manifestations, pointant du doigt ceux qui voudraient transformer la province en poudrière. «La majorité des participants aux manifestations assurent que leurs revendications sont pacifiques et sont similaires aux attentes de tous les citoyens marocains de Tanger à Lagouira».

Le plan de développement «Al Hoceïma, ville phare de la Méditerranée» cible le développement des milieux urbains et ruraux, l’aménagement de la zone industrielle, la qualification urbaine et la réalisation de projets sociaux et culturels, dédiés aux jeunes et aux catégories vulnérables. Le renouvellement et l’extension des réseaux d’eau potable et d’électricité sont aussi au centre de ce programme. En parallèle, 8.700 ha seront plantés en arbres fruitiers. Idem pour la construction d’une marina et l’aménagement de plateformes panoramiques et espaces verts le long du littoral.

La province s’étend sur une superficie de 3.550 km2 et compte 466.992 habitants dont 34,4% de citadins. Le taux scolarisation est de 93%. La valeur brute globale de la production en agriculture avoisine les 2 milliards de DH/an. Les débarquements de poissons gravitent autour de 12.000 tonnes/ an avec un chiffre d’affaires de plus de 130 millions de DH..

Le Journal De Tanger



Cet item a été imprimée depuis le site .:: Le Journal De Tanger News ::.
( http://lejournaldetanger.com/news.php?extend.2076 )