Dernières nouvelles :

Image

Rigueur et «tolérance zéro» dans les consulats du Maroc

Rigueur et «tolérance zéro» dans les consulats du Maroc

Le 05-09-2017 à 17:40:53

Quatre mois après son arrivée à la tête du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, Nasser Bourita apporte les dernières touches à sa politique d’assainissement dans les différents consulats du Maroc de par le monde.

Cette politique entre dans une stratégie globale mise en œuvre par le ministère pour améliorer les services dans ces administrations et renforcer la proximité avec les Marocains du monde qui ont à maintes reprises exprimé leur insatisfaction, voire leur colère contre les fonctionnaires consulaires.

A ce propos, le ministre rappelle les propos du Roi Mohammed VI, lorsque le Souverain avait précisé à l’ouverture de la session d’automne du parlement, en octobre 2016, que les consulats ont un seul et unique responsable qui est le consul . Le ministre explique donc que son département se doit d’apporter toute l’aide et l’assistance nécessaires à ces consuls s’ils comptent dans leur administration consulaire des fonctionnaires inaptes ou incompétents.
Bourita estime qu’ il appartient aux différents consuls du royaume dans le monde d’assainir leur administration, que cela concerne les diplomates ou les fonctionnaires, « C’est pour cela que le ministère a opté pour une logique de « tolérance zéro » contre tout employé consulaire, de quelque rang qu’il soit, convaincu d’indiscipline, de négligence dans son travail, ou prêtant le flanc à des accusations de corruption », explique le ministre, plaçant les espoirs de son département dans la nouvelle génération de consuls qui compte de nombreux jeunes, compétents et imprégnés du principe de service public, appelés à conduire les changements introduits dans les consulats afin de moderniser leurs services et de préserver les principes essentiels de leurs fonctions.

Le Roi Mohammed VI avait exhorté directement les consuls à interagir avec leurs administrés et à apporter des suites claires à leurs demandes, soit par une réponse favorable et rapide si la demande est légale, soit par un refus justifié et argumenté dans le cas contraire. Le Souverain estime que la responsabilité est d’abord un honneur et un droit et non un privilège. Ainsi, le consulat doit être au service du citoyen et non l’inverse, et le consul doit agir efficacement, sans attendre une autorisation pour accomplir son devoir.

Se référant aux deux discours du Roi, celui prononcé devant les parlementaires et celui de la Fête du Trône, le ministre des Affaires étrangères en tire les principes fondamentaux de l’amélioration des rouages de l’administration, assimilables aux missions diplomatiques du royaume.
C’est un droit minimum que l’on puisse assurer à nos Marocains résidents à l’étranger.

PH : DR






Partager ceci :
Par : Administrateur
Total Views
Nombres commentaires :
Add comment