Dernières nouvelles :

Image

Sahara Marocain: Le vent a tourné après le départ de Ban Ki moon et de Ross

Sahara Marocain: Le vent a tourné  après le départ de  Ban Ki moon et de Ross

Le 09-05-2017 à 13:58:21

Le départ de l’ancien secrétaire général des Nations Unies Ban Ki moon et de son envoyé spécial Christopher Ross au Sahara marocain, longtemps considérés comme des ambassadeurs de l’Algérie et des défenseurs du polisario, le vent a tourné en faveur de la cause marocaine vue d’un nouvel œil par le Conseil de sécurité (CS) actuellement présidé par les Etats Unis d’Amérique.

La présidence américaine au CS a ainsi appelé l’ensemble des parties “à travailler avec le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres “ parlant de “plan marocain crédible“.

L’ambassadeur américain Sison qui remplaçait Mme Haley, a estimé que “le plan marocain est sérieux, crédible et réaliste“ et qu’il est susceptible de satisfaire “les aspirations des populations du Sahara à gérer leurs propres affaires dans la paix et la dignité“.

Seule la Russie a continué à défendre timidement les séparatistes. En vain d’ailleurs, quoique que la délégation algérienne ait tenté de négocier en coulisses avec la délégation américaine le contenu de la résolution finale du CS.

On voudrait pour preuve de la stérilité de ces démarches infructueuses, l’adoption à l’unanimité des 15 membres du Conseil de sécurité vendredi 28 avril dernier de la résolution 2351 renouvelant le mandat de la Minurso au Sahara jusqu’au 28 avril 2018 et confirmant les différents points contenus dans le rapport du nouveau secrétaire général Antonio Guterres.

Pour l’ambassadeur du Maroc à l’ONU, Omar Hilale, la résolution marque un changement dans la manière dont l’ONU a considéré le dossier au cours des dernières années.

Le Conseil de sécurité adhère ainsi à la décision du secrétaire général Antonio Guterres de relancer, avec réalisme, les discussions à travers un cinquième round de négociations sous les auspices onusiens, et renouvelle ses félicitations au Maroc pour ses efforts louables et crédibles. Il consacre la prééminence et la pertinence du plan marocain d’autonomie.

Pour la première fois, le CS appelle les pays voisins – sous-entendre l’Algérie – à apporter une contribution importante aux efforts politiques.

Hilale estime que l’Algérie ne peut plus se dérober à ses responsabilités et doit jouer avec réalisme son vrai rôle dans la recherche d’une solution, à la mesure de son implication réelle dans l’aggravation de la situation ayant conduit à l’impasse actuelle.

Le diplomate marocain révèle, d’autre part, qu’en matière de droits de l’Homme au Sahara, il n’y a pas eu cette année de tentative de faire des reproches au Maroc. Au contraire, le CS félicite le royaume pour la promotion des droits de l’Homme et pour le rôle du Conseil national des droits de l’Homme à travers ses délégations régionales à Laâyoune et à Dakhla.
Omar Hilale évoque le volet du recensement à Tindouf où le CS insiste, dans une première, sur la nécessité de déployer des efforts afin que ce recensement soit effectif.

L’ambassadeur marocain note, d’autre part, que la fonctionnalité de la Minurso est réglée, et ne figure plus à l’ordre du jour.

Pour ce qui est de l’occupation illégale de Guergarat, le diplomate révèle que la Russie a tenté d’obtenir des modifications au projet de résolution dans ses parties portant sur Guergarate et l’exigence du retrait des éléments du Polisario de la zone-tampon située entre les territoires du Maroc et de la Mauritanie.

Cela n’a servi à rien puisque, finalement, le polisario, en désespoir de cause, s’est vu obligé de se retirer de Guergarate à la toute dernière minute, pour éviter une condamnation,
Pour Hilale, “La légalité internationale a vaincu le polisario, son arrogance, son impertinence, il ne s’est pas retiré de son plein gré, il avait peur de la condamnation, la première du genre, dira le diplomate, ajoutant : « Le Maroc restera vigilant.Toute trace du polisario doit être enlevée de Guergarat, sinon il n’y aura aucune discussion politique avec qui que ce soit, même pas l’ONU. Nous n’accepterons même pas un camion en panne sur place“ dira-t-il.

De son côté, le représentant de la Suède aux Nations unies a indiqué que “la résolution envoie un clair signal pour une reprise sérieuse des négociations entre les parties“. Il a parlé de la stratégie du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres comme “d’une diplomatie de l’action“.

Le diplomate suédois et son homologue britannique aux Nations unies ont abordé le dossier des réfugiés des camps de Tindouf soulignant qu’il s’agit du deuxième plus long cas de situation de réfugiés de l’histoire moderne.
Le nouveau secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres le sait parfaitement d’ailleurs car il a été longtemps le numéro 1 du Haut-Commissariat aux réfugiés. L’ambassadeur éthiopien auprès des Nations unies a, quant à lui, salué l’adoption de la résolution sur la Minurso et appelé le SG de l’ONU à “assurer la pleine fonctionnalité de la mission onusienne“. Le diplomate éthiopien a également émis le vœu que “le retour du Maroc au sein de la famille africaine contribue à l’objectif d’une solution dans le dossier du Sahara“.

La France a, pour sa part, “salué l’adoption de la résolution 2351 et les efforts diplomatiques américains dans ce sens“. Le diplomate français a confirmé le retrait des éléments armés du Polisario de la zone de Guergarate et salué “l’unité retrouvée des membres du Conseil de sécurité".

Quelques minutes après l’adoption de la résolution, le porte-parole onusien Stéphane Dujarric a publié un communiqué dans lequel il souligne que “le secrétaire général salue le retrait des éléments du Polisario de la zone de Guergarate entre le mur et la frontière de la Mauritanie, comme confirmé par les observateurs de la Minurso les 27 et 28 avril“.

“Avec le retrait plus tôt des éléments marocains de cette zone, en réponse à la demande du Secrétaire général, ajoute le communiqué, ce geste devrait améliorer les perspectives de favoriser la mise en place d’un environnement facilitant une rapide mise en œuvre de la détermination du SG de relancer un processus de négociations avec une nouvelle dynamique“.

Une nouvelle dynamique loin de celle vécue du temps du précédent envoyé spécial au Sahara, Christopher Ross, que Omar Hilale considérait comme un excellent ambassadeur de l’Algérie aux Nations Unies.




Partager ceci :
Par : Administrateur
Total Views
Nombres commentaires :
Add comment