Dernières nouvelles :

Image

Les dangers d’un éclairage public défectueux

Les dangers d’un éclairage public défectueux

Le 17-04-2017 à 10:33:10

Nous avons reçu une pétition signée par une douzaine de citoyens demeurant au quartier Branès 1, plus précisément à la rue Ibnou Al Assakir et son voisinage, dénonçant l’insécurité nocturne à cause de l’absence de l’éclairage public dans une zone cette rue en courbe qui constitue un passage principal pour les nombreux fidèles qui se rendent à la mosquée Al Kods pour La prière d’Al Fajr..

Les signataires de la pétition citent notamment l’exemple d’un luminaire complètement hors d’usage depuis plusieurs mois et que les préposés à la maintenance de l’éclairage public ne se sont jamais décidés à remplacer malgré les réclamations qui leur ont été formulées à trois reprises par les habitants, lors du passage des équipes techniques chargées de remplacer les ampoules grillées. La seule explication que donnent ces préposés, c’est qu’ils ne sont pas habilités à fournir des têtes de luminaires mais seulement à remplacer les ampoules grillées.

Qui est donc habilité à effectuer ce travail, se demande-t-on ?
Les plaignants affirment que la zone d’obscurité consécutive à la destruction par le vent fort de ce vieux luminaire fragile, disloqué, déjà scotché et rafistolé à plusieurs reprises et pendant librement dans le vide au gré des vents, situé en face du numéro 29 de la rue Ibnou Al Assakir, constitue un véritable danger pour les fidèles qui se rendent toutes les nuits à la mosquée Al Kods pour la prière d’Al Ichae et surtout celle d’Al Fajr. Ils signalent, à ce propos, qu’un citoyen qui revenait dernièrement de la mosquée vers 5 heures du matin, a failli être agressé par des truands nocturnes sans le secours d’autres fidèles qui rentraient chez eux après salat Al Fajr. C’est d’ailleurs ce qui les a finalement décidés à signer leur pétition.

Cela outre, disent-ils, la débauche de certains individus qui profitent de la nuit noire pour envahir la zone obscure.

En l’absence de tout autre interlocuteur, les signataires de la pétition ont ainsi convenu de s’adresser à la première autorité communale de leur arrondissement, en la personne du président Ahmed Al Gharrabi, pour faire remplacer le luminaire hors d’usage (voir photos) et rétablir ainsi la sécurité dans leur quartier.

Voilà donc une toute petite affaire maîtrisable qui n’aurait pas logiquement nécessité autant d’encre et de bruit, et qui, en plus ne coûterait pas grand’chose à la commune, mais qui pourrait avoir des conséquences fâcheuses…en cas de nouvelle agression par exemple… !!





Partager ceci :
Par : Administrateur
Total Views
Nombres commentaires :
Add comment