Dernières nouvelles :

Image

Le Roi Mohammed VI n’assiste pas au 28ème sommet de la Ligue arabe tenu sous le signe de la division

Le Roi Mohammed VI n’assiste pas au 28ème sommet de la Ligue arabe tenu sous le signe de la division

Le 03-04-2017 à 10:29:13

Les médias marocains avaient parié sur un déplacement du Roi Mohammed VI à Amman, notamment après la récente visite du Roi Abbdellah II à Rabat et l’accueil chaleureux qui lui a été réservé depuis l’aéroport de Salé jusqu’au palais royal de Touarga. Sur les plateaux de chaînes officielles, certains analystes sont allés trop vite en besogne au point de prédire une «réussite» des travaux du Sommet de Jordanie.

Or, il apparaitra que le Souverain continue de bouder les sommets de la Ligue arabe puisque, finalement, il n’a pas fait le déplacement en Jordanie pour prendre part au 28e Sommet.

Le Maroc a ainsi nettement réduit sa présence à cette rencontre de la Ligue arabe qui s’est tenue les 29 et 30 mars 2017 en Jordanie. Ni le Roi Mohammed VI, ni le prince Moulay Rachid ni même le chef de gouvernement d’expédition des affaires courantes, Abdelilah Benkirane, n’ont pris la tête de la délégation marocaine à ladite réunion. La mission a été confiée au ministre des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, qui se trouvait sur place depuis lundi 27 mars.

La dernière fois que le Roi Mohammed VI a pris part à un sommet de la Ligue arabe remonte à 2005 en Algérie. Une présence précédée par plusieurs messages d’Abdelaziz Bouteflika qui affirmait vouloir normaliser les relations avec le royaume. Mais ce fut juste un leurre.

Encore une fois, il apparaître, de nouveau, qu’à l’exception des Etats du Golfe, le monde arabe n’est pas une priorité pour le Maroc

Force est de constater que contrairement à feu Hassan II, la Ligue arabe ne figure pas sur les priorités du roi Mohammed VI. Depuis l’intronisation du Mohammed VI en juillet 1999, le pays n’a abrité aucun sommet arabe et Rabat avait même renoncé à la dernière minute d’organiser la précédente édition de 2016, accueillie finalement en catastrophe par la Mauritanie, avec les résultants déplorables qui s’en sont suivis.

De la région arabe, seules compte pour le Maroc les relations avec les Etats du Conseil de coopération du Golfe et la Jordanie. En témoigne les messages réguliers entre le Roi du Maroc et les chefs d’Etats du CCG. Le dernier en date a été transmis, dimanche 26 mars, par Salaheddine Mezouar à l’émir du Qatar, Cheikh Tamim Bin Hamad Al Thani. A souligner également les expressions de soutien aux monarchies de cette région lorsqu’elles font face à des projets de déstabilisation, la dernière émanant du ministère des Affaires étrangères concerne le Bahreïn. Quant aux autres membres de la Ligue, les liens sont plutôt froids voire inexistants.D’ailleurs, la rencontre du 28e Sommet ne manque pas de donner raison au Maroc, du fait que le Sommet intervient à une période d’affaiblissement et de division de la Ligue arabe, et dans un contexte de crise régionale et de rivalité entre l’Arabie saoudite et l’Iran.

D’autre part, la présence du président soudanais Omar El-Béchir fait polémique, compte tenu des mandats d’arrêt émis contre lui par la Cour pénale internationale pour génocide et crime contre l’humanité, en raison de son rôle présumé dans le conflit au Darfour.

Le président syrien Bachar el-Assad est absent du sommet, l’adhésion de la Syrie à la Ligue arabe ayant été suspendue en raison du conflit qui y fait rage depuis 2011.

Dans un contexte où le président américain Donald Trump s’éloigne de l’idée d’une solution à deux États au conflit israélo-palestinien et le déplacement de l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem, les pays membres de la Ligue arabe ont affirmé leur position dans un document rédigé mardi, où ils “réaffirment leur engagement envers une solution à deux États et le droit de l’État de Palestine à restaurer sa souveraineté sur les territoires occupés en 1967, y compris Jérusalem Est”. Le document appelle aussi “tous les pays à respecter les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU qui rejettent l’annexation par Israël de Jérusalem Est” et à ne pas déplacer leurs ambassades de Tel Aviv à Jérusalem.

Le président Poutine a envoyé, mercredi, un message de salutations aux membres de la Ligue arabe qui participent au sommet. “La Russie projette de renforcer l’interaction avec la Ligue arabe afin de trouver tôt des solutions politiques et diplomatiques aux crises régionales, et pour faciliter la reconstruction post-conflit des territoires affectés”. Le président Poutine a indiqué que le rôle de la Ligue arabe devenait plus important “en tant que mécanisme pour le dialogue multi-latéral et pour la coordination d’efforts conjoints”.

C’est tout ! Donc rien de concret qui permettrait de qualifier cette 28ème édition de « réussie ».

Photo : DR





Partager ceci :
Par : Administrateur
Total Views
Nombres commentaires :
Add comment