Dernières nouvelles :

Image

L’état de santé de Bouteflika inquiète les Algériens

L’état de santé de Bouteflika inquiète les Algériens

Le 27-02-2017 à 18:23:06

Depuis son accident vasculaire cérébral (AVC) de 2013, les informations sur la santé du chef de l’Etat algérien Abdelaziz Bouteflika affluent, mais sous forme d’interrogations, la présidence algérienne observant un mutisme et un black-out presque absolus.

D’apparitions furtives à la télévision en déplacements médicaux à l’étranger (en France), les Algériens en sont réduits à s’informer par bribes, ou dans les médias internationaux.

Une visite de la chancelière allemande Angela Merkel vient d’être annulée, in extremis, lundi 20 février, augmentant plus les inquiétudes.

Mme Merkel devait atterrir à l’aéroport d’Alger lundi en début de soirée, mais le palais Mouradia a annulé cette visite une heure avant le décollage de l’avion de la chancelière. Un fait inédit jusque-là, Bouteflika ayant l’habitude depuis trois ans de recevoir les dignitaires étrangers sur son fauteuil médical, avec un micro pour amplifier sa voix.

Le quotidien algérien El Watan s’interroge : « Ce report d'une visite d'un grand responsable européen est surprenant et n'était probablement pas prévu. Et la raison avancée invite au questionnement. Le président Bouteflika va-t-il se rétablir rapidement pour recevoir d'autres responsables étrangers, parce que c'est lui-même qui mène la politique extérieure du pays ? La présidence va-t-elle continuer à communiquer en toute transparence sur la maladie du président qui va fêter ses 80 ans le 2 mars prochain et qui a considérablement réduit ses activités présidentielles ?».

Pour sa part, le site TSA (tout sur l’Algérie) observe que « Bouteflika ne reçoit certes plus tous les responsables en déplacement à Alger, mais il n’avait jamais annulé une visite officielle de cette importance.
D’aucuns estiment que si le président ne réapparait pas, c’est qu’il aurait été transféré à l’étranger pour des soins. Si l’on voit les principaux acteurs comme le chef de l’armée, les patrons du FLN se succéder et prendre la parole, cela voudrait dire que l’on prépare la succession.

Et pourtant, il n’y pas longtemps encore, on évoquait l'éventualité d'une candidature de Bouteflika qui est au pouvoir depuis 1999, pour un 5ème mandat à la présidence de l’Etat en 2019. .!

Ph : DR





Partager ceci :
Par : Administrateur
Total Views
Nombres commentaires :
Add comment