Dernières nouvelles :

Image

COUPE CAF : L’IRT à Niamey au Niger

COUPE CAF : L’IRT à Niamey au Niger

Le 24-02-2017 à 17:18:56

1-Preparation du déplacement
Pour la première fois dans son histoire, l’IRT jouait une compétition internationale au stade Général Seyni Kountchi à Niamey capitale du Niger. Pour la première fois aussi, le comité tangérois avait invité trois journalistes pour accompagner l’équipe :Mustapha Sbai (Cap Radio), Mohamed Samadi (SNRT), Rachid Madani (L’Opinion) trois vétérans de la presse sportive. Pour bien préparer le voyage, le président Abdelhamid Aberchane et ses proches collaborateurs avaient dépêché deux émissaires Rabie et Khaddour pour une visite d’inspection des lieux de concentration, d’entrainements et de l’aire du jeu quatre jours avant le départ de la délégation officielle. Des rapports satisfaisants étaient adressés au club insistant sur l’accueil chaleureux des responsables nigériens et surtout de l’ambassadeur du royaume du Maroc Allal Al Achab et de tout le personnel de l’ambassade. L’IRT s’était déplacé jeudi à partir de l’aéroport Ibn Batouta de Tanger avec une escale à Casablanca. Tout se passa comme prévu à bord d’un Boeing de la RAM avec le sourire permanent des hôtesses de l’air et des stewards .L’entraineur Abdelhak Benchikha parlait peu. Il était déjà concentré pour réfléchir sur la tactique qu’il devait adopter. Il existait trois facteurs négatifs qui étaient prêts à nuire à l’évolution des joueurs :

-L’AS Douanes du Niger était une formation peu connue pour les marocains.-La chaleur accablante de 38 degrés.
-Le moral touché à El Jadida avec la défaite surprenante de 4-1.Le staff technique avait les idées claires donnant la priorité à oublier le dernier match du championnat. A vrai dire, l’ambiance était très bonne dans l’avion où les différents groupes de l’effectif selon les sièges se racontaient des blagues. Quelques uns se récitaient le Coran et se faisaient des prières. Un seul objectif : passer à tout prix le tour préliminaire en obtenant un résultat positif avant d’affronter le retour à Tanger.

L’IRT attirait des milliers de curieux sportifs à la capitale Niamey au stade Général Seynou Kountchi nom populaire de l’ancien président militaire du Niger d’une capacité de 35.000 spectateurs. De son coté, l’association des ultras Hercules présidée par Ezzoubir Temsamani et composée de 16 membres était arrivée à Niamey via Tunis pour être à l’accueil de la délégation officielle de l’IRT à l’aéroport international Diori Hamani nom du premier président du Niger indépendant.

2-La rencontre AS.Douanes-IRT 1-2
Une chaleur accablante de 40 degrés, un adversaire peu connu pour adopter une tactique, une forte pression de toute la ville, un désir farouche de qualification pour satisfaire les nombreux supporters, une aire de jeu difficile avec un gazon naturel certes mais sauvage, sec et noueux, le refus des dirigeants locaux de faire disputer la rencontre en nocturne, voici les handicaps qui donnaient des soucis à l’entraineur Abdelhak Benchikha qui devait rester fidèle à son éternel compagnon le chapelet afin de réciter des prières.

L’IRT avait besoin de la baraka qui était descendue du ciel pour faire de sa première participation une évolution digne de tous les honneurs. A vrai dire, la délégation officielle qui comprenait quarante personnes a préparé sérieusement le séjour :chaque membre avait une mission bien spécifique autour de Rabea chef du groupe , Belkhaidar ,Khaddour,Haddou.. Tout allait en parallèle avec les directives du président Abdelhamid Aberchane qui suivait minutieusement par portable tout ce qui se passait à Niamey capitale du Niger en direct de Tanger. Un spectateur de marque au stade Général Seyni Kountche un complexe sans salle de conférence, sans tribune pour les journalistes :l’ambassadeur de SM le Roi Mohamed VI Allal Achab .Avec ses proches collaborateurs le représentant du pays le Maroc était en personne aux entrainements de l’équipe et au match pour encourager les tangérois. La délégation des dirigeants, joueurs, entraineurs et journalistes étaient réconfortée et s’était sentie chez elle en particulier à l’ambassade où elle avait assisté à un somptueux et sympathique diner d’amitié. L’heure marquait les quatorze heures quand le capitaine Oussama et ses coéquipiers firent leur apparition sur le terrain pour des exercices d’assouplissement. C’était plus que le mois d’Aout à Marrakech ou à Ouarzazate.

On respirait à peine et on cherchait l’ombre pour s’abriter. Aucun abri et le soleil ne cessait de « bruler » le gazon du lieu de la rencontre. Le préparateur physique faisait un long travail pour récupérer le souffle de ses footballeurs. Le soigneur préparait les bouteilles d’eau. Beaucoup de glace au bord de la touche et rien que du liquide qui coulait dans les seaux.

Les hommes de la presse venus en déplacement ne savaient ce qui allait se passer aux tangérois. A 16 heures coup d’envoi de l’ivoirien Abdo Coulibali assisté de Ajelil et de Mousa le meilleur trio de la dernière CAN 2017.Trois minutes de jeu,l’arbitre sanctionna une faute d’un défenseur.Sakou Souleimane le capitaine de la sélection du Nigeria le pays voisin trompa la vigilance de Amssif très mal placé.

Trop tôt, le but semblait un stimulus et une bonne motivation pour les locaux qui avaient plus d’expérience en participation africaine. Les visiteurs étaient perdus en début du match. Abdelhak Benchikha voulait remettre la pendule à l’heure pour imposer l’ordre dans les rangs de sa formation.Il a fallu attendre la 24 ème mn pour voir le feu follet Hamoudane « s’envoler » vers l’aile droite pour effectuer une action personnelle « supprimant » deux adversaires et passer le ballon à Bakr Hilali qui égalisait.

Le 1-1 donnait la joie à l’IRT qui multipliait les attaques à la recherche du deuxième but.Celui-ci aurait pu monter au tableau électronique si Hamoudane n’avait raté une occasion d’apparence facile.Attention il ne fallait pas prendre des risques,pensait l’entraineur Benchikha.

En deuxième mi-temps, la chaleur et la fatigue étaient oubliées et le bon football du vieux temps revenait à Mouaoui ,Hervé , Hamoudane ,Belmealem…Le jeu offensif ne redoutait rien et tous étaient pour la victoire.La ligne médiane constituait la force du groupe avec Thion,Cadoum,Bakr,Hervé réunis autour d’une défense infranchissable où régnaient les Sipovoc et Belmealem bien secondés par les arrières Khaliki et Oussama.

Un schéma figuratif d’un 4-4-2 abandonnant le 4-3-3 des cassettes filmées vues par les nigerians.L’entraineur sacrifiait l’avant centre Houassi un footballeur qui a l’habitude de créer le danger mais, il ne pouvait faire autrement car la réussite du jeu fut l’œuvre de la « magie » du milieu du terrain des quatre. L’IRT dominait , de bout en bout , son adversaire qui ne savait comment réagir. A la 57 ème mn, le but de la victoire ne pouvait attendre :Mouaoui exécuta un corner et Sipovic comme toujours marqua d’un joli coup de tête. Le 1-2 ne semblait pas contenter les tangérois qui se créèrent une multitude d’occasions surtout par Hamoudane, Hervé et Mouaoui.

Les équipes :
Douanes de Niamey : Ismail Moussa-Ousamane Chalbou-Ougoloye-Traore-Koffi Nicolas-Abdourazak Garbe-Soumana Moussa-Sakou souleimane-Adebayor-Ibrahim Mamane-Oumarou halidou.

Entraineur : Cheikh Omar Diabaté .
IRT :Amsif-Khaliki-Belmealem-Sipovic-Oussama-Thion-Hervé-Cadoum-Bakr-Hamoudane-Mouaoui.

Entraineur :Abdelhak Benchikha.
Les déclarations : Cheikh Omar Diabaté (entraineur des Douanes de Niamey) :
L’équipe de Tanger m’a beaucoup surpris. Elle a su régir après avoir encaissé un but aux premières minutes. Je pense que mes joueurs ont bien joué mais les erreurs défensives leur ont couté cher. Pour le moment, rien n’est joué et il reste le match retour. Ce sera difficile mais pas impossible.

Abdelmalek Koudize (journaliste et directeur de la commission d’information à la Fédération du Niger) :
Tant qu’il y a la vie, il y a l’espoir. Comme l’IRT a gagné ici, les Douanes pourraient en faire de même à Tanger. En football, tout est possible. Outre ce match de coupe CAF, notre visite à Tanger nous permettra de faire la connaissance de nos collègues les journalistes marocains.

Abdelhak Benchikha (entraineur de l’IRT) :
Pour cette première participation africaine, Tanger doit avoir l’orgueil de la victoire. Mes joueurs et moi, nous voulons satisfaire les milliers des tangérois et les rendre heureux. Je suis satisfait parce que l’équipe a bien joué en dépit de la chaleur accablante. Je ne peux dire que nous nous sommes déjà qualifiés du fait qu’il reste un match retour où beaucoup de choses peuvent arriver. Comme je ne cesse de le répéter, chaque rencontre a sa propre histoire.

Oussama Gharib(capitaine de l’IRT) :
Mes camarades et moi, nous sommes prêts à aller loin dans une compétition internationale africaine ou arabe pour satisfaire notre merveilleux public. Avec le travail, la volonté et la préparation nous y arriverons grâce à Dieu. Nous avons le soutien du comité et nous ne pensons pas le décevoir.

Mohamed Samadi (journaliste sportif marocain) :
Si l’IRT avait gagné par quatre ou cinq buts d’écart, il n’aurait étonné personne dans ce stade. Je félicite les joueurs qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes dans une compétition difficile...





Partager ceci :
Par : Administrateur
Total Views
Nombres commentaires :
Add comment