Dernières nouvelles :

Image

Projet « Parc Donabo »

Projet « Parc Donabo »

Le 20-02-2017 à 11:59:46

L’affaire du Parc Donabo de R’milat a fait couler beaucoup d’encre et a pris des tournures controversées à cause de certains esprits tordus qui font prévaloir le profit personnel avant l’intérêt général..

D’un côté, il y a des gens à l’esprit rassis et rationnel qui considèrent ce projet à sa juste valeur naturelle et écologique et qui apprécient les efforts de l’initiatrice du futur jardin botanique qui ne manquera pas d’apporter un plus à la zone forestière de R’milat et, d’une manière générale, à l’aspect touristique de la ville de Tanger.

Ces gens-là applaudissent ce projet dans les cercles raffinés de la ville, sans grand tapage, ni effervescence, étant conscients de la justesse de cette noble cause.

Et puis, il y a les autres ; les tapageurs, les fauteurs de troubles, les complexés, ceux qui cherchent profit, ceux qui s’agitent tous azimuts semant sur leur passage mensonges, fabulation et sournoiserie pour déformer la réalité à force de contrevérités faisant du projet écologique de Donabo, un monstre dévastateur de l’environnement.

C’est le cas, notamment, d’un habitant de la zone concernée qui fait prévaloir sa quiétude et sa tranquillité aux avantages qu’apportera sans nul doute le futur jardin botanique de Donabo à la collectivité, aux familles tangéroises, à leurs enfants et à l’économie touristique de la ville.
Cet énergumène complexé jusqu’à la moelle, a levé ses boucliers dès le début pour tromper d’honnêtes gens dont certaines sont étrangères à notre ville, en leur faisant signer une pétition contre le projet dont l’initiatrice a pourtant apporté d’amples éclaircissements publiés dans notre précédente édition.

Nous parlons évidemment de ce prétentieux journaliste, en mal d’inspiration, qui ne cesse de propager des nouvelles infondées sur la finalité de ce noble projet qui n’est autre que la mise à la disposition de la ville de Tanger d’un espace vert convivial, agréable, et écologique, en harmonie avec la nature.

Ce journaliste en perdition nage à contre-courant, reniant un projet qui a reçu l’aval et le consentement des autorités compétentes.

Certains se demandent si la hargne enragée de cette croisade que mène le fameux journaliste, égoïste plus que nature, ne serait-elle pas un moyen déguisé, pour continuer à profiter seul du domaine public forestier de Donabo où il demeure dans une propriété acquise à un prix dérisoire, à coups de chantages et de manigances contre le précédent propriétaire, un supposé baron de la drogue.

L’audace de cet « Don Quichotte » l’a d’ailleurs amené à faire construire un étage supplémentaire et des dépendances dans sa propriété, sans aucune autorisation des autorités communales compétentes, outre le fait qu’il a impunément annexé à son jardin, une immense parcelle ne lui appartenant pas.

Il est certainement temps pour notre prétentieux journaliste, ne jouissant pas d’une image reluisante, de se ressaisir et d’essayer de trouver dans la voie spirituelle une source de quiétude. Ne dit-on pas que : quand le cœur est lourd d’amertume, il est nécessaire de le soulager ? Dans cette voie, quelques versets du Saint Coran pourraient être une issue salutaire.

A défaut, la piste d’un psychanalyste qui pourrait établir un diagnostic et traitement approprié, serait également à explorer. .





Partager ceci :
Par : Administrateur
Total Views
Nombres commentaires :
Add comment