Dernières nouvelles :

Image

Emouvante Cérémonie Commémorative du 98ème Anniversaire de l’Armistice

Emouvante Cérémonie Commémorative du 98ème Anniversaire de l’Armistice

Le 14-11-2016 à 11:04:21

La Communauté française a célébré hier vendredi 11 novembre, la Journée du Souvenir, en commémoration du 98ème anniversaire de l’Armistice ayant mis fin à la première guerre mondiale, un conflit qui, de 1914 à 1918, opposa l’Allemagne, l’Autriche, la Hongrie, la Turquie et la Bulgarie, à la Serbie, la France, la Russie, la Belgique, la Grande Bretagne, le Japon, l’Italie, la Roumanie, le Portugal, les Etats Unis, la Grèce, la Chine et à plusieurs Etats sud-américains.
Cette guerre atroce qui avait commencé il y a une centaine d’années, avait eu pour cause la politique mondiale de l’Allemagne, son expansion économique et navale, notamment dans le Proche-Orient ; l’antagonisme germano-slave dans les Balkans et la course aux armements conduite par les deux blocs de la Triple-Alliance (Allemagne, Autriche, Hongrie, Italie) et de la Triple-Entente (France, Grande-Bretagne, Russie).

L’Armistice, signé le 11 novembre 1918, à 5 h 15, marque la fin des combats de cette Première Guerre mondiale, la victoire des Alliés et la capitulation de l'Allemagne. Le cessez-le-feu est effectif à 11 heures, entraînant dans l’ensemble de la France des volées de cloches et des sonneries de clairons annonçant la fin d'une guerre qui a fait des millions de victimes. Au total près de 40 millions de personnes entre militaires et civils, morts, invalides ou mutilés : 19 millions de morts et 21 millions de blessés. Ce nombre inclut 9,7 millions de morts pour les militaires et 8,8 millions pour les civils.

La Consule générale de France, Madame Muriel Soret, prononçant son importante allocution.
Photo : Hamouda

La France est victorieuse mais meurtrie avec 1 315 000 soldats décomptés morts soit 27 % des 18-27 ans, le deuxième taux le plus élevé après la Serbie.

Le 11 novembre 1918, les généraux allemands et alliés se réunissent donc dans un wagon-restaurant aménagé, provenant du train d'État-Major du Maréchal Foch, dans la clairière de Rethondes, en forêt de Compiègne. Plus tard en 1919, ils signeront le traité de Versailles.

A Tanger, la cérémonie du Souvenir était présidée dans la matinée d’hier vendredi 11 novembre 2016, par la Consule générale de France, Madame Muriel Soret, en présence de plusieurs invités de marque dont le maire de Tanger, Mohamed Bachir Abdellaoui ; le Consull général d’Espagne à Tanger, Pablo Zaldivar Miquelarena ; de membres du corps consulaire accrédité à Tanger; de représentants de l’autorité et des collectivités locales ; d’un représentant du commandement de la Place d’armes de Tanger ; d’officiers de l’armée française ; du directeur de l’Institut français de Tanger; des représentants de la Communauté française résidant dans la région; de nombreuses autres personnalités, notamment des représentants de la société civile et de l’intelligentsia tangéroises, ainsi que des enseignants et des élèves du lycée Regnault et des écoles Berchet et du Détroit qui ont activement participé à la cérémonie organisée à l’entrée principale de l’imposante bâtisse consulaire où trône la stèle commémorative portant les noms des soldats Français et Marocains originaires de Tanger et de sa région, morts pour la France.

La manifestation a été marquée par le dépôt d’une gerbe de fleurs par la Consule générale de France, Madame Muriel Soret, assistée de jeunes élèves, au pied de la stèle commémorative. Les élèves ont ensuite donné lecture aux noms des soldats inscrits sur ladite stèle. Cet émouvant geste rituel symbolique était suivi d’une minute de silence et d’un coup de clairon sonné par un soldat à la mémoire des disparus des deux guerres mondiales.

Les élèves des écoles Berchet et Détroit ont superbement animé la cérémonie avant de chanter les hymnes nationaux français et marocain.

Les élèves du lycée Regnault conduits par leur enseignante de musique, Nouria Benzekri, ont chanté en coeur, au son d’une musique de fond, la « Chanson des partisans » en hommage et honneur aux hommes et femmes de la résistance qui ont donné leur vie pour la Liberté du monde.

Auparavant, la Consule générale a salué les personnes présentes au début d’un important discours dans lequel elle a d’abord rappelé que le 11 novembre 1915, la France, l’Europe et une partie du monde étaient engagées depuis près de quinze mois dans ce qui allait devenir la Première Guerre mondiale.

« Le 11 novembre 1918 annonçait la fin des combats que personne n’osait plus espérer. Cette date mettait fin au long cortège de morts, de blessés, de mutilés, de traumatisés, de veuves et d’orphelins qui accompagnait la Grande Guerre depuis plus de quatre ans » a dit la Consule générale estimant que le centenaire du premier conflit mondial est l’occasion pour les Françaises et les Français de commémorer cette journée avec une émotion particulière, tant cette histoire est liée à chacune et chacun d’entre eux à une histoire familiale.

« Commémorer le 11 novembre, c’est répondre à la nécessité du souvenir, de l’hommage aux morts et de l’expression de notre reconnaissance. Tous les « morts pour la France », hier dans la Grande Guerre, dans la Seconde Guerre mondiale, dans les guerres de décolonisation, aujourd’hui dans les opérations extérieures sont réunis dans le souvenir et dans l’hommage de la Nation » a encore dit Mme Muriel Soret qui a rappelé à la mémoire les soldats marocains surnommés les « Hirondelles de la mort » du fait de leur acharnement au combat lors de la guerre des tranchées.

« Ces soldats se sont retrouvés pris dans la fournaise de Verdun en 1916, il y a tout juste cent ans. Ne pas oublier les combattants d’hier et ceux d’aujourd’hui et transmettre le message mémoriel aux jeunes générations est un devoir et relève de notre responsabilité collective. Veillons ensemble à ce qu’aucun de nos enfants ne l’ignore en poursuivant l’indispensable travail de mémoire » a affirmé la Consule générale, annonçant : « Soucieux de pérenniser et d’inscrire dans la pierre l’hommage rendu chaque 11 novembre aux Morts pour la France dans les théâtres extérieurs, le Président de la République a décidé qu’un monument, dont les travaux seront lancés en 2017 à Paris, sera dédié à ces femmes et à ces hommes qui ont payé de leur vie leur engagement pour la défense de notre pays ».

Et de conclure : « Dans un monde agité par tant de violence, dans ce monde meurtri par tant d’actes de barbarie, cette journée de commémoration doit être celle de l’espérance et de la fraternité ».

Vue partielle des personnalités présentes à la cérémonie.


Dépôt rituel d’une gerbe de fleurs au pied de la stèle commémorative portant les noms des soldats Français et Marocains originaires de Tanger et de sa région, morts pour la France.Photo : Hamouda.

La Consule générale a tenu ensuite à remercier les élèves des établissements d’enseignement Berchet, Regnault et le Détroit ainsi que leurs proviseurs, directeurs et enseignants, s’adressant à eux en termes émouvants, saluant leur précieuse contribution qu’elle qualifiée de magistrale.

La Consule générale de France, Madame Muriel Soret, a enfin invité les élèves et ses illustres hôtes à partager avec la France le verre du souvenir et de l’amitié.


En haut : les élèves des écoles Berchet et Détroit, avec leur chef d’orchestre en herbe,ayant chanté,
entre autres, les hymnes nationaux français et marocain. Photo : Hamouda


En bas : les élèves du lycée Regnault et leur prof de musique, Nouria Benzekri, ayant
chanté le « Chant des partisans »,en honneur et hommage aux hommes et femmes
de la résistance qui ont donné leur vie pour la Liberté du monde. Photo :DR


Par : Mohamed ABOUABDILLAH



Partager ceci :
Par : Administrateur
Total Views
Nombres commentaires :
Add comment