Dernières nouvelles :

Image

Conférence : Les aspects et l’impact du Brexit

Conférence : Les aspects et l’impact du Brexit

Le 24-10-2016 à 10:52:02

Le terme Brexit est utilisé pour désigner le scénario de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. C'est une expression créée pour la circonstance, tirée de la contraction de deux mots anglais, "British" (britannique) et "Exit" (sortie).

C’est en ces termes que le jeune Banquier Anglo-marocain, Omar Ouaya, résident à Londres, qui était l’invité, dans la soirée de mardi, du Rotary club Tanger Doyen, a entamé un riche exposé sur l'hypothèse d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne et son impact sur l’économie de la Grande Bretagne de l’Union Européenne et, dans une moindre mesure, sur d’autres pays dont le Maroc, de manière indirecte

Tutoyant de façon magistrale la Finance mondiale, le jeune conférencier a développé le scénario du Brexit, depuis le référendum du 23 juin 2016 décidant du départ volontaire du Royaume Uni de l'Union Européenne, ce qui a eu pour première conséquence, la démission du Premier ministre David Cameron et son remplacement par une autre membre du Parti conservateur.

Le jeune Anglo-Marocain rappelle que, lors de sa campagne pour briguer un second mandat de Premier ministre, David Cameron avait promis d'organiser ce référendum sur le maintien ou non du Royaume-Uni dans l'Union européenne.

Avec 51,9% des voix et 72% de participation, c'est le camp du "Leave" qui l'a emporté, amenant le Royaume-Uni donc à quitter à terme l'Union européenne au bout d’un processus qui pourrait durer encore le temps de négocier de nouveaux accords avec l'UE.

Selon le conférencier Omar Ouaya, la promesse de référendum de David Cameron était avant tout une stratégie politique, visant à remporter les élections de 2015. Celle-ci a été couronnée de succès, le parti conservateur ayant, contre toute attente, remporté la majorité absolue.

Le spectre du référendum était aussi un levier politique pour le Royaume-Uni, visant à changer la direction prise par la construction européenne.

Le gouvernement britannique avait déjà présenté quatre grandes exigences au président du Conseil européen, traitant de l’Immigration et libre circulation des Européens ; la monnaie ; le marché unique et la souveraineté.

Sur les conséquences économiques, les experts et les chefs d'entreprises se partagent sur la sortie du Royaume-Uni, les uns l’estimant comme une catastrophe politique, pour d'autres, un épouvantail qui redonnera foi dans l'Union européenne.

Toujours est-il que l'Europe va perdre l'une de ses trois grandes puissances, une des plus importantes places financières au monde, le premier partenaire diplomatique des Etats-Unis en Europe ainsi que l'un des Etats européens entretenant une armée régulière conséquente.

Au Royaume-Uni, l'Angleterre pourrait voir ses relations avec le gouvernement écossais, indépendantiste et europhile, se détériorer, et un second référendum sur la sortie de l'Ecosse pourrait être envisageable. Cependant, de l’avis du jeune conférencier, Omar Ouaya, l’Ecosse est dépendante économiquement de l’ensemble du royaume uni et n’aurait donc pas les moyens financiers suffisants pour son indépendance économique.

Cette rencontre rotarienne de mardi a été mise à profit pour concrétiser une opération humanitaire consistant en la remise d’un chèque substantiel, en contribution du club Rotary Tanger Doyen à une intervention chirurgicale urgente devant être subie par un jeune enfant de Tanger, présentant une déformation sévère de la boîte crânienne entraînant une compression de son cerveau. .

Ph : DR






Partager ceci :
Par : Administrateur
Total Views
Nombres commentaires :
Add comment