Accueil    A propos du Journal    Plan du site  
  Jeudi 24 avril 2014 Abonnement Tarifs publicitaires Emploi Liens Utiles MétéoContact  
 A la Une
 Actualités
 Le monde et la ville
 Social
 Exposition
 Spécial
 La vie associative
 Tourisme
 Santé
 Activités Royales
 Sport
 Reportage
 Entretien
 Analyse
 Art & Culture
 Economie
 Environnement
 International
 Votre courier



L’usine Renault de Tanger ouvrira ses portes début 2012
Les premiers bâtiments de la future usine Renault de Tanger commencent à sortir de terre, en prévision d’une inauguration début 2012. Elément essentiel de la stratégie low cost du constructeur, ce site pourrait rapidement passer de 170.000 à près de 400.000 véhicules par an, qui seront exportés à 95 %, en particulier vers l’Europe. Investissement : au moins 800 millions d’euros.

Renault n’a assemblé l’an dernier que 25 % de ses voitures sur le sol français, et ce ratio n’est pas près de s’améliorer avec l’usine en construction à Tanger (Maroc), qui ouvrira ses portes début 2012. Car ce nouveau site annoncé en 2007, qui travaillera à 95 % pour l’exportation, essentiellement pour l’Europe selon un dirigeant de Renault, a vocation à monter rapidement en régime, pour répondre à la forte demande sur les véhicules économiques de la gamme Dacia.
Pour son inauguration dans moins de deux ans, les capacités prévues sont de 170.000 unités par an. Mais très vite, la production de Tanger devrait croître à hauteur de 360.000 véhicules par an, voire 400.000, car « l’usine roumaine de Pitesti est au bord de l’asphyxie » et ne peut plus guère accueillir de nouveaux programmes, selon un familier de l’entreprise. Ses capacités de production de 350.000 véhicules par an sont presque arrivées au maximum. Pas grand-chose à voir avec les volumes du futur fourgon Master, qui se chiffrent en dizaines de milliers, dont le ministre de l’Industrie Christian Estrosi, défenseur du « made in France », a salué avant l’heure le « retour » dans l’Hexagone, à Sandouville (opération calée pour 2013).

Recrutement de 6.000 salariés:

Signe de l’importance que revêt Tanger pour le constructeur, Renault a prévu de mobiliser un investissement de 800 millions à 1 milliard d’euros, en fonction des types de véhicules qui y seront fabriqués, et de recruter sur place 6.000 salariés.
Deux programmes seront lancés pour commencer, qui seront vendus sous badge Dacia. Il devrait s’agir de modèles appelés en interne J92 et K67, des noms de code qui recouvrent respectivement un nouveau monospace compact et une sorte de version Dacia du petit utilitaire Renault Kangoo, sans doute trop cher pour séduire tous les publics.
La gamme low cost du groupe compte certes déjà une fourgonnette (Logan Van), mais celle-ci, dérivée de la Logan break, est basse et longue, alors qu’une forte demande existe sur des véhicules urbains plutôt hauts et courts. Quant au segment du monospace compact, qu’il a lui-même inventé en 1996 avec son premier Scénic, le groupe de Carlos Ghosn prendra un certain risque en cannibalisant ce qui reste aujourd’hui comme l’une de ses rares « vaches à lait ». Le positionnement du véhicule Dacia devra être calé au millimètre, car le discours de la marque sur « l’achat malin d’un véhicule sans superflu » risque d’être aussi entendu par une partie des clients des actuels Scénic, affichés beaucoup plus chers.

De nombreux atouts:

Un troisième modèle, dont les plans sont jalousement gardés (L46), serait aussi promis au Maroc : il s’agit « d’une Logan badgée Renault, avec un positionnement haut de gamme », selon une source industrielle. Une nouvelle petite bombe en préparation ? Son statut n’est pas encore clair, certains chez le constructeur avançant même que ce projet n’est plus d’actualité.
Pour produire ces futurs modèles à des prix serrés, Renault dispose de nombre d’atouts : des coûts de main-d’oeuvre du Maroc représentant à peine 20 % de ceux de la France, des exonérations de TVA procurées par le statut de zone franche de Tanger Méditerranée, la présence locale d’équipementiers partagés avec l’autre usine de Renault dans le pays (Casablanca) et le futur port promis comme très efficace. Située juste en face du détroit de Gibraltar, l’usine n’est pas très éloignée par bateau des ports français comme Sète ou Saint-Nazaire, beaucoup moins excentrée en tout cas que le fief de Dacia en Roumanie.



LU pour VOUS
dans la revue
Les Echos.fr



Envoyer Imprimer
Actualités
 20 ans de prison pour le pédophile britannique de tétouan...
 Lu pour vous sur : af algerie-focus.com...
 L’artiste-peintre najoua el hitmi ouvre son atelier à tanger...
 L’usine renault-nissan de tanger livre son 200 000ème véhicule...
 La société marocaine de neurochirurgie organise le 23ème congrès national jumelé à la première renco...
 L’amicale des médecins généralistes privé de la wilaya de tanger...
 L’uia et l’ordre des avocats de tanger organisent à tanger un séminaire sous le thème : développeme...
 Activités royales à tétouan et dans le nord ...
 Parlement : rachid talbi alami élu à la présidence de la première chambre...

A la Une - Actualités - Le monde et la ville - Social - Exposition - Spécial - La vie associative - Courier des lecteurs - Tourisme
Santé
- Activités Royales - Sport - Reportage - Entretien - Analyse - Art & Culture - Economie - Environnement - International
Abonnement - Tarifs publicitaires - Emploi - Liens Utiles - Météo - Contact - A propos du Journal - Site Map
© 2005 Le journal de Tanger - Réalisation : PRO CONCEPT MULTIMEDIA

Nombre des visiteurs : Website counter